Need Advice?

+961-70-062251
+1-302-200-0768

Comment résoudre les conflits « parents enfants » (en 6 étapes !)

Posted In Dads, Moms, Parenting, Parents - By KidsMug On Wednesday, January 8th, 2014 With 0 Comments

 

conflit

Une alternative efficace à la punition : trouver des solutions ensemble !
Lorsqu’il y a conflit entre un parent et son enfant (en règle générale parce que les besoins de l’un, de l’autre ou des deux ne sont pas respectés), le réflexe de la grande majorité des parents est… la punition. Pour mettre fin au conflit et asseoir notre « autorité », nous envoyons notre enfant dans sa chambre, ou nous le privons de dessert. Pourtant, nous savons bien que la punition n’est efficace qu’à court terme… et que sur le long terme, ses effets peuvent être dévastateurs.
Pour résoudre les conflits, il existe une alternative bien plus respectueuse de l’enfant qui, même si elle demande du temps, de la patiente et de la pratique, permettra petit à petit d’apaiser vos relations, tout en permettant à vos enfants de gagner en autonomie, en « autodiscipline » et en favorisant leur sentiment d’importance et d’appartenance !.

Cette alternative c’est tout simplement de se focaliser sur les solutions : chercher «ensemble» le ou les moyens de satisfaire tout le monde, en ne donnant à personne l’impression d’avoir perdu.

Se focaliser sur les solutions implique donc :

Que les parents sachent écouter vraiment leur enfant et s’exprimer avec des messages « JE », qui expriment leur ressenti (plutôt qu’avec des messages « TU » accusateurs).
Que les parents sachent affirmer leurs besoins et considérer leurs demandes comme importantes et légitimes (surtout lorsque jusqu’à présent ils cédaient lors des conflits avec leurs enfants).
Que personne ne se sente «supérieur à l’autre ». Pour les parents, l’idée est d’apprendre à faire respecter ses besoins sans faire intervenir la notion de pouvoir ou de rapport de force.

Pourquoi ça fonctionne ?
Lorsque l’enfant a participé à l’élaboration de la décision prise ensemble, il est d’autant plus motivé à l’appliquer qu’il se sent engagé, responsable de la mettre en œuvre.
Comme cette décision ne lui est pas imposée, il l’accepte plus naturellement.
Il n’a pas le sentiment d’avoir « perdu » face à l’adulte. Au contraire, il sent que ses parents lui font confiance.
Chercher une solution ensemble permet de comprendre les vrais besoins de chacun et notamment ceux des enfants. En connaissant le vrai besoin et donc le vrai problème, on trouve une vraie solution, qui va régler le problème en profondeur, parfois définitivement.
Les solutions trouvées par les enfants sont souvent très bonnes : originales, créatives et surtout efficaces, puisqu’adaptées à leurs besoins…
Faire participer l’enfant à la recherche de solutions permet de développer sa créativité, sa capacité de raisonnement et de déduction. C’est également un bon moyen de lui apprendre à être attentif aux sentiments et aux besoins des autres.
Lorsque le conflit est résolu «ensemble», de façon acceptable pour tous, cela rapproche les enfants et les parents qui perçoivent la nécessité de «comprendre et de respecter» les besoins de l’autre. La colère et l’hostilité laissent place à la tendresse et à la complicité !
Cette approche de la résolution de conflits renforce l’estime de soi de l’enfant : il comprend qu’il est aussi important qu’un autre (notamment qu’un adulte), qu’il a une vraie place dans la famille (les indispensables sentiments d’importance et d’appartenance !).
Les 6 étapes d’une recherche de solution
Les 6 étapes ci-après sont inspirées de la «résolution de conflits sans perdants» comme décrite par Thomas Gordon dans son livre « Eduquer sans punir » (que bien sûr nous vous conseillons vivement de lire).

Et voici quelques recommandations supplémentaires, issues de l’excellentissime livre de Jane Nelsen « la discipline positive » (qu’off course… nous vous conseillons aussi !) :

– La recherche de solution ne devient efficace qu’avec des enfants de plus de 4 ans… ce qui n’empêche en rien de les inciter, dès l’apparition de la parole et des premiers conflits, au dialogue plutôt qu’à la confrontation.

– Ne pas réagir à chaud, utiliser un « temps de pause » (attention pas de « mise à l’écart », le temps de pause, comme décrit par Jane Neslsen, est un laps de temps permettant à tout le monde de retrouver ses esprits). Ne revenir sur la recherche de solution qu’une fois tout le monde calmé et prêt à coopérer.

– On peut aussi planifier la recherche de solution pour le prochain « Temps d’Échange en Famille » ( chez nous nous appelé la « réunion au sommet »).

– Utiliser les « questions de curiosité » pour aider l’enfant à explorer les conséquences de ses choix : « à ton avis, que c’est-il passé, qu’est-ce qui a provoqué cette situation ? », « comment te sens-tu par rapport à cette situation ? », « comment penses-tu que nous pourrions résoudre le problème ? », « que pourrais-tu faire dans le future pour que ça n’arrive plus ? », « qu’est-ce que cette situation t’a appris ? »…

 

1 – Identifier et définir le problème
Montrer à l’enfant que vous comprenez son problème, ou lui expliquer quel est votre problème (si c’est le cas) et ce que vous ressentez.
Expliquer la méthode : «Je souhaite que l’on trouve une solution qui soit acceptable pour nous deux, et qui pourra satisfaire les besoins de chacun».
2 – Énumérer les solutions possibles
«Que pourrions nous faire ?», laisser l’enfant énumérer ses idées, puis en proposer vous aussi.
Noter toutes les solutions proposées par chacun, jusqu’à ce que vous n’ayez plus d’autre
Idées. Mais ne surtout pas les évaluer ou les commenter pour l’instant. Lorsque les enfants sont jeunes, il se peut qu’au début, ils n’aient pas beaucoup d’idées de solutions. On peut alors les encourager à en trouver quelques-unes à l’aide de « questions de curiosité ». Et si le conflit se passe avec plusieurs enfants, encourager chaque enfant à émettre des solutions.
3 – Évaluer les solutions proposées
Faire le tri et ne garder que les solutions raisonnables, respectueuses et acceptables par tout le monde.
Il est important d’être honnête avec soi même, de ne pas se forcer à garder une solution qui ne nous convient pas vraiment. Il est tout aussi important de reconnaître les solutions qui nous conviennent… même si elles ne sont pas de nous !
4 – Choisir la ou les solutions les plus acceptables
Avant de finaliser le choix de la solution retenue, redemander à l’enfant si cette solution est bien acceptable pour lui et s’assurer que chacun a bien compris ce qu’il s’engage à faire ou ne pas faire,
On peut aussi décider de «tester» la solution choisie pour une période donnée.
5 – Définir comment appliquer la solution (si besoin)
Certaines solutions choisies nécessiteront de discuter des modalités d’application : «Quand commençons-nous, combien de fois par semaine, que devons-nous acheter ou prévoir pour appliquer la décision, etc. ? ».
6 – Évaluer la solution et la modifier si besoin
«Es-tu toujours satisfait de notre décision ?», on peut se rendre compte, après avoir testé la solution choisie, que ce n’était pas la meilleure, qu’il est difficile pour l’enfant de respecter son engagement. Dans ce cas, on en rediscute ensemble.
Ne pas prévoir de conséquences (encore moins de punitions) si la solution n’est pas appliquée. Sinon, ce serait faire preuve dès le début, d’un manque de confiance dans la démarche et dans la capacité des enfants à respecter leurs engagements.
Si la solution choisie n’est pas respectée, essayer de comprendre pourquoi et trouver ensemble une nouvelle solution à adopter !
source de l’article: http://www.les-supers-parents.com/comment-resoudre-les-conflits-parents-enfants

About the Author